J’y vais ou pas ?

Crépuscule

Glaneurs et Butineurs

 

 

« Dans ma cervelle se promène.. »

DSCF6891

« Dans ma cervelle se promène,
Ainsi qu’en son appartement,
Un beau chat, fort, doux et charmant.
Quand il miaule, on l’entend à peine.

Tant son timbre est tendre et discret ;
Mais que sa voix s’apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C’est là son charme et son secret.

Cette voix qui perle et qui filtre,
Dans mon fonds le plus ténébreux,
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases ;
Pour dire les plus longues  phrases,
Elle n’a pas besoin de mots.

Non, il n’est pas d’archet qui morde
Sur mon coeur, parfait instrument,
Et fasse plus royalement
Chanter sa plus vibrante corde,

Que ta voix, chat mystérieux,
Chat séraphique, chat étrange,
En qui tout est, comme en un ange,
Aussi subtil qu’harmonieux !

De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, pour l’avoir
caressée une fois, rien qu’une.

C’est l’esprit familier du lieux ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu ?

Quand mes yeux, vers ce chat que j’aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

(Le Chat, Charles Baudelaire, in  Spleen et Idéal)

Sur la plus haute branche… un pinson chantait

Réfraction vs Réflexion

« Sans Titre »

« La mort fait un bruit très doux. Celui des feuilles qui se détachent et qui se posent. Sans déranger personne. Epaississant à peine le silence. Comme un poisson se noie au fond d’un lac. Sans rider la surface de l’eau.

Les mots non plus ne font pas de bruit quand ils aident tout ce qui existe à mourir. Ils voudraient bien tendre les paumes et retenir. Des gestes leur manqueront toujours, auxquels ils ne savent que rêver comme rêvent les arbres aux chants d’oiseaux quand le vent d’automne les dénude. »

 

Jean-Michel Maulpoix in Portraits d’un éphémère

Buvard

Plouf

Ailes du jardin

Mirage

DSCF8192

« J’arrive, j’arrive… n’ai-je jamais rien fait d’autre que d’arriver »

DSCF8285

 

DSCF8286

 

DSCF8287

Chatoyance

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A suivre…

DSCF8599

Barattage

instantanement

photo-003

photo-006

In memoriam

DSCF8093

Que te importa ?

DSCF7092

https://www.youtube.com/watch?v=-R_BpRRx60E&list=RDMA0_Q6hpZ7I&index=9

DSCF7139

DSCF7116

Que me importa que te ame
si tu nos me quieres ya
El amor que a pasado
no se deve recordar
Fui la ilusion de tu vida
une dia lejano ya
hoy represento el pasado
no me puedo conformarSi las cosas que uno quiere
se pudieran alcanzar
tu me quizieras lo mismo
que veinte anos atrasCon que tristeza miramos
un amor que se nos va
Es un pedazo de l’alma
que se aranca sin piedad

 

L’esprit des lieux

DSCF7992

DSCF8001

DSCF7988